Extincteur à poudre ABC

 

Les statistiques en termes d’incendie en France sont alarmants : un incendie domestique toutes les deux minutes se déclenche. Les causes de ces embrasements peuvent être naturelles comme la foudre ou la canicule, accidentelles comme un court-circuit ou criminelles donc initiés par l’Homme de manière intentionnelle. Peu importe l’origine, ce qu’il faut retenir, ce sont les conséquences désastreuses qu’ils provoquent et les pertes considérables, qu’elles soient humaines ou matérielles.

La moitié des personnes qui en sont victimes décèdent ou finissent dans un état grave. A raison d’asphyxie, plus des 2 tiers meurent. En gros, ces incendies du type domestique coûte énormément cher puisqu’il se chiffre à environ 1.3 milliards d’euros. En comparaison, le coût pour les vols est presque insignifiant car il est 160% plus bas.

La prévention est la première et la meilleure arme pour contrecarrer les plans de ces feux dévastateurs. Le Parlement français a donc adopté une loi le 25 février 2010 qui oblige tous les lieux d’habitation de se doter de détecteurs avertisseurs et d’extincteurs ABC de fumées normalisés afin de réduire ces chiffres sinistres.

Pour dormir tranquille sur ses deux oreilles, il serait sage de vérifier les installations électriques qui sont un des plus grands facteurs de ces feux au même titre que les feux qui débutent dans la cuisine.

Malgré de nombreuses précautions, il arrive encore que les incidents arrivent ; C’est à mettre sur le dos des accidents et des aléas de la vie qui ne prennent pas de gants et ne choisissent pas le lieu et l’endroit. Aussi, pour des mesures de précautions, se munir d’extincteurs ABC ne serait pas un luxe. Ces derniers sont nombreux sur le marché et leurs composants ne sont pas pareils. Ils peuvent être à eau (pure ou avec un additif), à mousse, à poudre, à gaz carbonique et aux hydrocarbures halogénés appelés également halon ; Ils ont tous pour propriétés et raisons d’être la lutte contre le feu. Ce qu’il ne faut pas oublier pourtant, c’est que les feux se catégorisent en plusieurs classes selon la nature de l’élément qui prend feu :

Classe A : pour les feux secs ou de matériaux solides comme le papier, le bois, la paille

Classe B : pour les feux gras ou feux de liquides comme les hydrocarbures, le gazole, l’essence, la paraffine etc.

Classe C : pour les feux de gaz comme le gaz naturels, le propane, l’acétylène etc.

Classe D : pour les feux de métaux qui ne concernent que les industries car ils sont dus à des embrasements de poussières de fer ou de copeaux.

Classe F : pour les feux d’huiles et de graisses (auxiliaires de cuisson). Certes, ils peuvent se classer dans la classe B en tant que feux gras, seulement, cette classe a été récemment inventé car il s’agit le plus souvent des appareils de cuisine et que dans ce lieu, il existe d’autres appareils sous tension.

En général, ce sont les feux A, B et C qui sont les plus fréquents en milieu domestique. C’est pourquoi, l’extincteur ABC qui correspond à ces feux sera privilégié.

 

Composition de l’extincteur ABC


L’extincteur ABC généralement composée de phosphate (monophosphate d’ammonium de 55 à 65%), de sulfate d’ammonium (de 30 à 40%), de mica (1 à 4%), d’argile ou de terre à foulon (inférieur à 2%), de silice amorphe ou silicone (moins de 2%) et de teinture qui sont plus des pigments de couleurs bleues ou jaunes (inférieur à 0.1%).

Cette poudre est un agent extincteur très efficace dans la maîtrise d’un début d’incendie ou pour limiter les dégâts du feu.

Influencée par la chaleur, cette poudre, faite en majeure partie de phosphate, va fondre et former à la surface des éléments sur lesquels elle a été projetée, des croûtes qui vont les isoler de l’air.

Les extincteurs ABC sont en vente en plusieurs modèles de 1 à 9 kilos mais sont dans la majeure partie des cas à pression permanente avec la présence d’un manomètre qui indique la pression. Elle est plus prisée du fait qu’elle ne nécessite pas de strict entretien quand elle est à l’usage domestique. Par contre, les professionnels doivent se soumettre à la vérification annuelle car la poudre a tendance à former des grumeaux.

Pour un extincteur ABC, le point primordial est de vérifier que l’aiguille du manomètre est toujours dans le vert.

 


Les fonctions de l’extincteur ABC



L’extincteur ABC est, avant tout, un type d’extincteur à poudre qui est efficace et agit de façon très rapide sur les feux de ces trois classes : A, B et C qui sont les sources d’incendie les plus probables dans les lieux d’habitation. Pour cette raison, il est aussi appelé extincteur à poudres polyvalentes.

Pour bien comprendre son rôle dans l’extinction des flammes et du feu, il faut tout d’abord saisir le fait que l’incendie se déclenche quand le triangle du feu est réuni c’est-à-dire lorsque ces 3 éléments sont présents : un combustible, un comburant (l’air) et une énergie d’activation de chaleur (frottement, étincelle, flammes).

Il est donc nécessaire d’éliminer l’un de ces trois éléments pour que cesse le feu.

L’extincteur ABC a pour mission d’éteindre les feux ABC ; il agit par isolement et étouffement sur les feux de classe A car la poudre qui en sort va former une croûte ou un vernis liquide et isole par conséquent, les combustibles qui brûlent et le comburant (oxygène). Il permet donc d’empêcher le feu de reprendre de plus belle. Par ailleurs, il ne s’arrête pas là puisqu’il agit en tant qu’inhibiteur en supprimant l’énergie d’activation sur les feux de classe B et C.

En plus d’être polyvalents, il ne conduit pas d’électricité et son ordre de toxicité est faible. Ce qui est rassurant, c’est qu’on ne lui connaît pas d’effets défavorables sur la santé à long terme. Sa portée est bonne puisqu’elle atteint jusqu’à 5 à 6 mètres sans craindre les températures extrêmes.

Cependant, certaines personnes peuvent ressentir des irritations lorsque la poudre est en contact avec leurs peaux sans grand danger.

Pour résumer, la poudre contenue dans l’extincteur ABC arrête le processus qui permet la combustion en supprimant les éléments du triangle du feu. Pour ce faire, il faut orienter la projection de l’extincteur en plein cœur de la combustion et non sur les flammes pour que l’acte d’extinction ne soit pas vain.